Idiomas

Enlaces

La PIB allemand a augmenté de 3 %

janvier 13, 2012  | by Gülpen Garay

L’économie allemande a connu une solide croissance en 2011, mais a trébuché au dernier trimestre, au seuil d’une année 2012 très incertaine. L’Allemagne a pour la deuxième année de suite été la locomotive de l’économie européenne, avec une croissance de 3 % qui lui a permis de réduire son déficit public à 26,7 milliards d’euros, soit 1 % du PIB.

Berlin respecte ainsi pour la première fois depuis 2008 l’un des critères de la discipline budgétaire européenne, en affichant un déficit public inférieur à 3 % du PIB. En 2010, il atteignait 4,3 % du PIB. En revanche son endettement, bien que ramené en 2011 à 81,7 % du PIB contre 83,2 % en 2010, dépasse encore largement la limite de 60 % fixée par le Traité de Maastricht.

Après une récession record en 2009 (- 5,1 %), l’économie allemande avait fortement crû en 2010 (+ 3,7 %) et « était encore en rattrapage dans presque tous les secteurs » l’an dernier, a déclaré Roderich Egeler, le président de l’Office fédéral des statistiques Destatis. Berlin, qui plaide en Europe pour davantage de réformes structurelles et un assainissement des finances publiques par la rigueur, peut encore se poser en exemple. Le pays est « sur la bonne voie » pour respecter la règle d’or qu’elle s’est fixée, d’un déficit public structurel sous les 0,35 % pour l’Etat fédéral à partir de 2016, et nul pour les länder à partir de 2020, note Christian Ott de Natixis.

Son économie a crû deux fois plus vite que la moyenne des pays de la zone euro et les Etats-Unis, et n’est doublée en Europe que par la Suède, la Pologne, la Finlande et les Etats baltes, selon Destatis. La plupart des pays voisins n’ont toutefois pas encore publié leurs chiffres officiels. La France table sur une croissance de 1,75 % et un déficit public inférieur à sa cible officielle de 5,7 % du PIB. Mais l’Allemagne n’aura pas le temps de savourer ces bons chiffres. La croissance économique « sera quelque peu plus faible l’année prochaine », a reconnu M. Egeler.

De l’avis des économistes, la conjoncture allemande devrait fortement ralentir en 2012, et même reculer en début d’année, en raison de la crise de confiance qui mine la zone euro et qui devrait l’atteindre. Le gouvernement table sur une croissance de 1 %.
Rattrapé par la crise de la zone euro, le PIB a déjà reculé d’environ 0,25 % au dernier trimestre par rapport aux trois mois précédents, selon Destatis.

Via: lesoir.be

Bookmark permalink.

Comments are closed.